Et si les écologistes s’étaient trompés au sujet du nucléaire?

Hier en lisant slashdot je suis tombé sur un billet qui mentionnait que Patrick Moore (un des fondateurs de Greenpeace), dans un éditorial du Washington Post, expliquait que l’énergie nucléaire était la seule source d’énergie qui pouvait couvrir nos besoins.

« Thirty years on, my views have changed, and the rest of the environmental movement needs to update its views, too, because nuclear energy may just be the energy source that can save our planet from another possible disaster: catastrophic climate change. »

Ce qui dans la langue de Molière pourrait donner quelque chose comme :
« En 30 ans, mes idées ont évolué, et le mouvement écologiste doit également évoluer dans ses considérations, car l’énergie nucléraire est peut être la source d’énergie qui peut préserver notre planète d’un autre risque probable : un boulversement climatique. »

La catastrophe de Tchernobyl a eu lieue il y a 20 ans, néanmoins, il convient de réfléchir sur nos besoins en énergie, développer les énergies non-fossiles, mais aussi de se rendre compte que nous n’avons pas d’alternative au nucléaire, sans quoi nous serions obligé d’éteindre tous nos ordinateurs.

3 Responses to “Et si les écologistes s’étaient trompés au sujet du nucléaire?”

  1. arno Says:

    Si on fait abstraction du vieillissement des centrale et des déchets que cette source d’énergie produit (et du cout particulièrement élévé que ces phénomènes entraintent), dans une politique à court terme, le nucléaire est assez interressant.

    Le problème du nucléaire, au dela du problème des déchets ainsi que du vieillissement des centrales (qu’une politique à long terme doit forcément prendre en compte), c’est qu’on se retrouve un peu face au meme problème qu’avec le pétrole : on pourra pas être 15 milliards à les utiliser de manière perpétuelle … contrairement aux énergies dites « renouvellables ». Sauf erreur de ma part, du vent et du soleil … y’en aura encore dans 200 ans :-)

    A mon avis, on ferait mieux de contrentrer les financements des travaux de recherches dans ces domaines, à mon avis beaucoup plus prometeurs que l’avenir du pétrole ou du nucléaire à long terme …

    En outre, dans une optique purement technique, financièrement, sauf à parier sur des découvertes qui deviennent malheureusement de plus en plus hypothétique avec l’énergie nucléaire (cf la fusion), les énergies renouvelables sont beaucoup plus interressantes à long terme. Ne serait-ce que pour des raisons purements techniques, la main invisible du marché tranchera :-)

  2. toots Says:

    Merci de ce billet un peu les pieds sur Terre…

    Le nucléaire n’est pas la panacée on est bien d’accord, mais se prétendre écologique pour demander le retour d’énergie fossiles, ou colporter des fausses vérités sur les alternatives à l’énergie nucléaire est proprement hypocrite.

    Comme se déclarer contre la course à l’énergie à tout prix et continuer à savourer le confort apporté par notre forte consomation d’énergie toujours en hausse.

    L’équation est simple mais continue d’être ignorée…

  3. arno Says:

    « Le nucléaire n’est pas la panacée on est bien d’accord, mais se prétendre écologique pour demander le retour d’énergie fossiles, ou colporter des fausses vérités sur les alternatives à l’énergie nucléaire est proprement hypocrite. »

    En meme temps, Greenpeace n’est pas la seule organisation au monde à traiter d’écologie. Et sauf erreur de ma part, je crois pas que cette association fasse l’unanimité chez les écologistes. Bien au contraire.

    « Comme se déclarer contre la course à l’énergie à tout prix et continuer à savourer le confort apporté par notre forte consomation d’énergie toujours en hausse. »

    Sur ce genre de sujet, et meme si je partage pas toutes leurs conclusions, je trouve néanmoins assez interressants les travaux pronant la décroissance.

    Cependant, en matière d’écologie, il y a fréquemment un grand écart entre les discours et les actes tant il est difficile de faire perdre les (mauvaises) habitudes.

    Cela étant, il ne faut pas oublier non plus que des gestes simples de la vie quotidienne permettent de consommer beaucoup moins d’énergies : de prendre prendre le vélo à faire soit meme ses yahourts en passant par le remplacement des ampoules à basse consommation ou habiter près de son lieu de travail, l’éventail du champ d’action est très large …